retour

JACQUES PERCONTE

paysages, corps, couleurs, matières, vitesses en arts plastiques, en numérique.

prev / next

internet

200506BAR-NET1xN-oe?79

BARNETT NEMAN

Collection online de 9 toiles en grandeur nature

La peinture de Barnett Newman peut-elle trouver son public dans le numérique ? Dans la continuité de deux oeuvres, une proposition d'écriture littérale de la peinture dans le numérique (Drag&Drop painting).

life-sized web collection Paintings are 72dpi life-size (true color) formated jpegs taken from official collections websites All paintings Courtesy of the Barnett Newman Foundation ! screen resolution may disturb life-size reproduction... Broadband connection needed.

Le site internet du projet http://barnettnewman.technart.net...
Une vidéo-document de Barnett Neman peut être consultée.
Quelques images de la pièce sur flickr → Barnett Neman.
Toute l'histoire en images sur flickr: : n°1.

Plus qu'un site internet, Barnett Newman est une installation interactive. Elle se présente sous la forme d’une exposition d’écrans positionnés au mur à la façon de peintures. Ce projet s’inscrit dans ma démarche après la commande d’une installation interactive ou j’ai répondu par une pièce de Land Art : « Entre le ciel et la Terre ».

Des images des peintures de Barnett Newman sont disponibles sur internet via les sites des collections officielles. Ces images sont petites, arborent souvent des couleurs plutôt trompeuses et sont souvent de mauvaise qualité. Est-ce que le travail est protégé, préservé ? Ou est-ce qu’internet ne sert pas à diffuser de la peinture ?

De ces images, voilà ma collection, elle se compose des peintures de Barnett Newman que j’ai récoltées en ligne. Installées dans cette exposition, ces images de peintures rendent à l’art ce que les nouveaux medias font trop souvent de lui…

Ici ce qui peut sauver l’oeuvre de son processus egocentrique, c’est la couleur qui sert ce que l’image a de mystique. De toutes ces peintures, la mise en situation extrait l’infini et met en scène l’errance. Ce qu’il y a à voir ce n’est pas la peinture de Barnett Newman, c’est la couleur et l’image qui glisse à la surface de l’écran.

C’est l’histoire du paradoxe qu’il y a à vouloir manifester tout en voulant donner et séduire. « The medium is the message » ?? (Marshall McLuchlan)

Barnett Newman Life-size collection

Je reprends la scénographie d’une exposition à la Tate Gallery qui s’est tenue en 2002. Elle-même apparemment reprenait la scénographie de la première expo de Barnett Newman en 1950 à New York (Betty Parsons Gallery).

Toutes les peintures sont remplacées par des écrans 16 :9 tendance recouverts de dalles tactiles sauf Vir Heroicus Sublimis qui est remplacée par la vidéo projection d’un film abstrait sur Barnett Newman. Chaque écran affiche une peinture en grandeur nature (life size). Les images sont faites par simple agrandissent numérique sans déformation à partir des reproductions des oeuvres disponibles sur internet. Elles sont affichées directement à la résolution de l’écran, c'est-à-dire que l’image affichée doit avoir sa taille originale (cela dépend de la taille des pixels)*. Les peintures sont donc beaucoup plus grandes que les téléviseurs qui leurs servent d’écrin.

Avec les dalles tactiles, on peut naviguer dans la peinture avec un doigt (même système de navigation que sur les systèmes de cartographie en ligne du type GoogleMaps). La peinture ne se recale pas quand quelqu’un cesse de naviguer à l’intérieur de l’image. Ainsi la portion affichée change à chaque manipulation. Il n’y a aucun moyen de voir la peinture dans son intégralité.

Un cartel accompagne chaque écran et précise les dimensions originales de la toile, les techniques, les collections et les informations relatives au fichier de l’image affichée : le poids du fichier, son poids affichée et sa résolution.

Les images sont localisées sur le site internet, donc chaque écran, est lié à un ordinateur qui est connecté à internet.

Peut-être faudra t’il faire des images à des résolutions spécifiques de façon à ce que les images affichées aient exactement les mêmes dimensions que les peintures originales. J’imagine aussi peut-être directement utiliser les images hébergées par les sites des collections ou les sites d’information pour les redimensionner à l’affichage, mais si une est bougée, elle disparait de l’exposition…

Tourner autour du Pot

Je tourne autour du pot. La peinture est au centre de mon travail même si je n’ai pas touché un pinceau depuis des lustres. Est-ce que je rêverais d’être peintre ? Je ne sais pas. Certainement que mon appartement est trop petit. La matière me manque des fois. Il m’arrive d’avoir envie de toucher pour faire. J’arrive je crois à fabrique du sensibles avec mes images, à donner à voir une matière qu’on touche avec d’autres sens que ceux portés par la peau mais pour la faire frissonner.

Barnett Newman me fait frissonner. Il est aussi un évènement dans la peinture des années 50. Comme l’art de quelques autres peintres, celui de Barnett Newman me renverse quand je le croise. Je ne vais pas m’empêtrer dans des explications à ce sujet, ce serait jouer le jeu que je critique.

Alors pourquoi tourner autour de cette peinture que je détourne ? Pourquoi tenir à la mettre en exposition ? Parce que je pense qu’il faut frapper sur la scène des arts électroniques ; qu’il faut redonner à l’image sa place hors de la pensée conceptuelle et hors de la lucidité ludique. Il n’y a pas que de l’impertinence dans cette proposition, loin de là. Je respecte fondamentalement la peinture, le droit patrimonial de l’oeuvre, mais j’ai du mal à en découdre avec l’ambiance générale et l’état des choses dans l’art des ordinateurs et des gens.

Arts Electroniques

J’ai envie de proposer une réflexion sur le statut de la peinture et celui de l’image de la peinture aujourd’hui. Celui de la matérialité de l’image de la matière. Sur la réalité physique des choses et le rapport que nous développons avec elle.

Drag & Drop Paintings

L’interactivité ici est réduite au déplacement que l’on peut effectuer dans l’image par le système du Drag & drop. J’appuie mon doigt sur l’écran, j’y colle l’image et elle se déplace selon mon mouvement. Vainement on peut essayer de se faire une idée de la toile mais a part quelques signes on ne peut rien en cristalliser : l’image de la réalité restera absente. Mais là on touche la peinture avec ses doigts !

Par Jacques Perconte, fluctuat.net, 2006



Je reviens sur mon histoire avec Barnett Newman, la peinture en général, le jpeg et les autres trucs comme ça. J'ai une formation assez longue et très classique... j'ai toujours été très attiré par certains champs de la peinture. Il y a des années, lorsque Internet passait dans les petits tuyaux, il arrivait que lorsque l'on téléchargeait une image celle-ci n'arrive pas complètement. Mais l'intelligence de la conception du système la laissait s'afficher telle quelle. Cela m'a permis de commencer à collectionner ces images altérées, j'ai essayé de faire la même chose, de jouer avec et d'en faire un élément essentiel de mes compositions sans que cela ne soit pour autant le sujet. Cela a prit de multiples formes et presque dix ans plus tard pimenté d'amour cela donnait i love you.

Avec le temps ma sensibilité aux artéfacts de compression s'est affinée mais n'a fait que se préciser. Lorsqu'il y a deux ans j'ai découvert The Roland Collection of film and video et que j'ai vu ces documentaires sur l'abstraction américaine, je suis resté bouche bée. Il fallait que je revienne à parler de la peinture, de la peinture numérisée, des images d'oeuvres dégradées. De toute la peinture, il y a quelques noms qui me restent très chers pour la couleur : Newman, Rothko, Stella, Richter, Riopelle, Twombly, Kelly, Mitchell, Still, Marioni et Van Gogh. Newman et Rothko en premier, une fascination inexplicable pour Barnett. Alors j'ai commencé deux choses en même temps.

B. Newman . Mitternacht Blau

Un film, site web avec la volonté de drainer (naturellement) un maximum de visiteurs vers ces travaux : qui cherche Barnett Newman en ligne doit trouver des images adaptées. J'ai téléchargé quelques reproductions de ses tableaux et je les ai remises grandeur nature pour que l'on puisse enfin voir les mètres carrés de couleurs qu'ils proposent. Cette nouvelle collection s'appelle simplement Barnett Newman, Life-sized web collection. Je me suis servi de ces images pour faire comme si je filmais les vrais tableaux et que comme dans le documentaire sur l'american abstraction, je mettais en scène ces peintures au rythme de la musique et des voix off. Le film s'appelle Barnett Newman, il est encore en cours de réalisation..

Cette pièce fait partie d'une série. La plupart du temps une série s'attache à un paysage, à une région. Il y a une certaine unité géographique.
PEINTURE

LA VAGUE

2015

 GENERATIVE VIDEO 

* Il se peut qu'il y ait un mot de passe si le film n'est pas est encore fini ou en "exploitation", écrivez-moi, on ne sait jamais, je vous le passerai peut-être ;).
** Il me semble toujours utile de rappeler que ces images, ces vidéos, ces sons que vous trouvez ici sont des documents. Il exposent ce que les pièces représentent. Mais ils ne donnent pas accès à sa véritable expérience. Rien ne vaut, si elle vous plaisent, leur découverte in situ, en salle ou en exposition.

Some rights reserved jacquesperconte © specific mentioned producers
But shared with love.
;)