retour

JACQUES PERCONTE

paysages, corps, couleurs, matières, vitesses en arts plastiques, en numérique.

prev / next

installation

200801SOL-INS1xN-oe?61

SOLDES D'HIVER

Producteur(s) : Michard Ardillier

2300 boîtes à chaussures

Installation monumentale in situ réalisée pour les soldes d'hiver 2008 au très réputé magasin de chaussures chez Michard Ardillier, à Bordeaux, patrimoine mondial de l'UNESCO . Au coeur du centre historique, Jacques Perconte empile des boîtes et

Le site internet du projet http://www.technart.fr/SoldesdHiver/...
Quelques images de la pièce sur flickr → Soldes d'hiver.
Toute l'histoire en images sur flickr: : n°1.

De décembre 2006 à janvier 2008 le magasin Michard Ardillier met de côté toutes les boîtes à chaussures que les clients n’emportent pas. Ces boîtes serviront de briques pour l’édification du mur. Une structure interne simple permettra de garantir la stabilité du mur. Pour traverser la galerie d’un bout à l’autre, il faudra passer par le magasin. Le passage sera soumis aux horaires ‘ouverture du magasin. Normalement, les passants sont déjà soumis aux heures d’ouverture de la galerie. Les horaires du magasin diffèrent et il sera impossible de traverser la galerie aux heures de fermeture du magasin. Les passants à cause du mur de boites seront contraints à pénétrer dans le magasin. Ce sera les soldes.

Ce mur n’est pas une manifestation contre l’élévation d’un nouveau rideau de fer entre l’est et l’ouest. Mais il rend compte de manière évidente la complexité de la réduction d’une oeuvre à un concept. Y réside l’ambigüité de la contigüité entre art contemporain et action commerciale : est-ce que cette oeuvre se positionne comme une critique de la consommation ? Où en est-elle un pur produit ? La filiation avec l’oeuvre de Christo est assez importante, elle ramène à vif le contexte de l’époque : la guerre froide, la guerre d’Algérie, la crise pétrolière… Où en sommes-nous ?

Cette séparation vient priver certains de l’accès privilégié de la galerie, de son drain commerçant, derrière le mur que reste-t-il ? Faire le tour ne prend pas cinq minutes de plus à pied, mais la gène sera certainement affranchie du réalisme il s’agit là de la privation d’une liberté, d’un acte d’obstruction qu’on pourrait considérer comme du vandalisme. Mais il est question de récolter les autorisations des copropriétaires. Ce geste est aussi une manifestation du collectif de privés.

* Il se peut qu'il y ait un mot de passe si le film n'est pas est encore fini ou en "exploitation", écrivez-moi, on ne sait jamais, je vous le passerai peut-être ;).
** Il me semble toujours utile de rappeler que ces images, ces vidéos, ces sons que vous trouvez ici sont des documents. Il exposent ce que les pièces représentent. Mais ils ne donnent pas accès à sa véritable expérience. Rien ne vaut, si elle vous plaisent, leur découverte in situ, en salle ou en exposition.

Some rights reserved jacquesperconte © specific mentioned producers
But shared with love.
;)